Est-ce que quelqu'un d'autre que le président a le pouvoir de pardonner?


4

Il y a eu cases such as Antonio Bascaró, qui est en prison depuis 37 ans en raison de charges de marijuana non violentes. Le président Obama a eu l'occasion de lui pardonner, mais il a été démenti parce que Bascaró était poursuivi en vertu de «vieilles lois», et l'ordre du jour d'Obama n'incluait pas de vieilles lois.

Est-ce que quelqu'un d'autre que le président a le pouvoir de pardonner à des gens comme Bascaró? En d'autres termes, pourrait-il être gracié par une autre autorité?

  0

Techniquement non (sauf si vous comptez les présidents suivants). Mais, le Congrès peut adopter des projets de loi privés qui pourraient avoir pour effet de libérer quelqu'un de prison. 13 janv.. 172017-01-13 19:18:58

  0

@ohwilleke Savez-vous si le Congrès envisage même de réformer les règles pour les personnes en prison pour «loi ancienne»? Le président n'a rien prévu dans son programme de pardon, alors même si Bascaró aurait dû faire une demande, il est resté en prison trop longtemps et le pardon ne comprenait pas les personnes reconnues coupables en 1980. 13 janv.. 172017-01-13 21:20:24

  0

Il y a des membres du Congrès qui s'en soucient. Ils n'ont probablement pas la majorité. 13 janv.. 172017-01-13 22:59:37

11

Le président seul a le pouvoir, sous Article II, Section 2, Clause 1, d'accorder des pardons pour les infractions fédérales. Beaucoup d'états ont un pouvoir analogue pour les gouverneurs, pour pardonner les délits d'état. Dans certains États, cependant (par exemple, au Minnesota), il existe un conseil chargé du processus (composé, au Minnesota, du gouverneur, du juge en chef et du procureur général). De même, au Canada, les pardons sont accordés par un board.

Bien que POTUS ait le pouvoir, en termes d'implémentation c'est un peu plus compliqué, puisqu'il ne reste pas à se demander "Qui dois-je pardonner": il a un Office of the Pardon Attorney qui fait des recommandations. Cependant, il existe d'autres façons de sortir de prison (en plus de faire le temps), à savoir d'avoir la conviction renversée, d'être mis en liberté conditionnelle et d'avoir un bon comportement. La libération conditionnelle fédérale n'est plus une option, mais les autres voies sont ouvertes, du moins en principe.

  0

Merci utilisateur6726. C'est ce que je cherchais. Donc, fondamentalement, depuis que le juge a prononcé la sentence, il n'y a rien que quiconque puisse légalement faire pour libérer Bascaró ou quelqu'un d'autre à cause de condamnations scandaleuses. Est-ce correct? 13 janv.. 172017-01-13 16:19:12

  0

Pas strictement, mais proche. Bascaró pourrait faire appel de la condamnation ou de la peine, ce qui pourrait amener un autre juge à le libérer. Ou bien, le Congrès pourrait adopter une loi réduisant rétroactivement les peines infligées à ces délinquants. Aucun d'entre eux ne semble très probable, mais ils sont théoriquement possibles. 13 janv.. 172017-01-13 16:35:53

  0

Merci @minnmass. C'est ce que je me demande. À qui les détenus fédéraux ont-ils fait appel, et est-ce aussi simple que de dire si ce groupe de personnes a dit oui ou non? 13 janv.. 172017-01-13 16:46:46

  0

Il aurait besoin d'une base légale pour interjeter appel, par exemple si une preuve disculpatoire avait été exclue à tort par le juge de première instance (en supposant que son avocat s'y était opposé). Il n'y a probablement aucune base pour un appel, bien qu'un avocat habile puisse trouver quelque chose. 13 janv.. 172017-01-13 16:53:07

  0

Merci user6726 et @ K-C. Je comprends qu'il ne sort pas. Il ne lui reste que deux ans, et s'ils le laissent sortir maintenant, les médias pourraient montrer une émission spéciale de 30 minutes sur Dateline que personne ne regardera. Je suis juste curieux et je voulais savoir qui continue de dire à ces gens "Non". Est-ce que nous élisons ces personnes ou est-ce que quelqu'un les choisit? Ou est-ce que les prisonniers se perdent dans le système et personne ne s'en aperçoit? 13 janv.. 172017-01-13 17:29:06

  0

Merci @ K-C. J'ai essayé de regarder cela mais tout ce que j'ai lu semblait s'appliquer uniquement aux condamnations de l'Etat au lieu de fédérales. Est-ce que cela veut dire que le district de Bascaró a été condamné pour pouvoir le recommander à la Cour suprême, et ils pourraient décider de le laisser partir? 13 janv.. 172017-01-13 18:30:59

  0

@Joshua Voici quelques (http://campuspress.yale.edu/capitalpunishment/files/2014/12/Class-5-Appellate-and-Postconviction-Review-okqj6l.pdf) [notes de cas] compilé par [Stephen clair ] (https://en.wikipedia.org/wiki/Stephen_Bright), un défenseur public respecté et défenseur des droits des accusés/prisonniers. La plupart des affaires sont introduites devant un tribunal d'État, car la plupart des crimes sont des crimes d'État. Les prisonniers fédéraux demanderaient un bref directement auprès d'un tribunal de district fédéral. Recherchez [28 USC 2255] (https: //www.law.cornell.edu/uscode/text/28/2255), et [ce formulaire] (http://www.uscourts.gov/sites/default/files/ao243_0.pdf). 13 janv.. 172017-01-13 18:48:36

  0

@Joshua le prisonnier pouvait demander au tribunal de district un bref d'habeas corpus sur la base d'un argument, par exemple, selon lequel la durée de la peine constitue une peine cruelle et inhabituelle. L'affaire n'atteindrait la Cour suprême que si la requête était rejetée, ferait l'objet d'un recours auprès de la Cour de circuit, y serait refusée et ferait ensuite l'objet d'un recours devant la Cour suprême. 13 janv.. 172017-01-13 18:59:26

  0

@ K-C merci de chercher ça pour moi. La fille de Bascaró est une avocate pour lui et les autres sont sur quelques sites web, donc un nombre significatif de personnes reconnaissent que leurs phrases sont trop longues. Serait-il prudent de dire que Bascaró et les autres ont déjà déposé pour cela et ont été refusés? 13 janv.. 172017-01-13 21:12:16

  0

@phoog La Cour suprême pourrait-elle considérer cette punition cruelle et inhabituelle? Ou sont-ils habituellement d'accord avec pratiquement tout ce qu'un juge dit, surtout si l'on considère qu'il s'agit d'un crime lié à la drogue et que le gouvernement fédéral a des lois plus sévères que la plupart des États? 13 janv.. 172017-01-13 21:14:39

  0

Cruel et inhabituel se rapporte le plus souvent aux conditions d'incarcération; cela s'applique aux phrases esp. vie et mort. Les détails de sa peine ne sont pas clairs, mais ils ne considéreraient probablement pas que 40 ans soient scandaleusement longs. Les principes C & U sont résumés ici: https://en.wikipedia.org/wiki/Cruel_and_unusual_punishment#United_States 13 janv.. 172017-01-13 21:34:10